Isolation et résistance thermique

Le rôle principal de l’isolant, dans un bâtiment, est de résister au transfert de chaleur à travers l’enveloppe du bâtiment. L’isolantion doit conserver la chaleur à l’intérieur du bâtiment et cette résistance au transfert de chaleur, vers l’extérieur, se définit comme étant la « résistance thermique ».

Lorsqu’un immeuble est mal isolé, il y a des indices révélateurs comme :

  1. Les planchers et les murs qui sont froids;
  2. Les coûts de chauffage qui sont élevés comparativement à un bâtiment de la même taille bien isolé;
  3. Une variation importante de la température de la surface (planchers et murs) dans la même pièce;
  4. La condensation et les moisissures dans la structure des murs extérieurs;
  5. L’intérieur qui est très chaud, durant l’été, et les coûts de climatisation élevés ainsi que la difficulté de climatiser l’espace.

Types d’isolation

Il existe plusieurs types d’isolation qu’on utilise, entre autres :

  • L’isolation en natte (matelas);
  • La laine minérale;
  • La fibre cellulosique;
  • La fibre de verre;
  • La fibre minérale;
  • Le polystyrène expansé ou extrudé;
  • La fibre de verre rigide;
  • La fibre minérale rigide;
  • Le polyuréthane giclé, etc.

À l’aide d’une caméra infrarouge (thermographie), nous détectons les points problématiques par rapport à l’isolant dans l’enveloppe extérieure du bâtiment (les points de pertes thermiques dans l’enveloppe). Par la suite, nous pratiquons des trous exploratoires aux endroits décelés pour examiner l’isolant qui peut être humide, compacté, mal installé, inadéquat ou absent.

Condensation et pertes thermiques

La condensation dans la structure est le problème le plus fréquent lorsque l’isolation est mal installée ou inadéquate. Cependant, il faut préciser que l’isolantion n’est pas le seul responsable des problèmes de condensation et de pertes thermiques dans l’enveloppe du bâtiment. En effet, il y a des composantes qui jouent un rôle important comme les pare-air et les pare-vapeur. Le pare-air se trouve à l’extérieur du mur et le pare-vapeur à l’intérieur du mur.

Un pare-air mal installé laisse l’air froid entrer dans la structure et provoque la condensation dans cette dernière. Alors qu’un pare-vapeur mal posé ou absent laisse l’humidité intérieure pénétrer dans la structure et engendre un problème de condensation.

Ces composantes doivent être bien installées, en vertu des règles de l’art, pour que l’enveloppe soit efficace et fonctionne comme un ensemble intégré. Le but étant d’assurer le confort thermique des occupants et d’empêcher la formation de moisissures, la condensation et le pourrissement du bois de la structure.

Au moment de la construction, il faut s’assurer que les composantes qui forment les murs extérieurs possèdent la résistance thermique adéquate stipulée dans le Code d’énergie du Québec en vigueur.

Un expert en bâtiment doit être consulté afin de calculer la résistance thermique totale des composantes du mur extérieur et s’assurer que la condensation (point de rosée) n’arrive pas dans la structure en bois des murs extérieurs. Ceci pour éviter le pourrissement de la structure et la formation de moisissures ainsi que les problèmes associés à ceux-ci, comme les fourmis charpentières, les infiltrations d’air ou d’eau par la structure pourrie, l’odeur de moisissures et de pourriture, etc.

Condensation derrière l'isolation en laine

Condensation derrière l’isolation en laine

Isolation

Isolant extrudé détérioré par les fourmis charpentières