Les sols argileux sont des dépôts marins qui ont suivi l’ère de glaciation, à l’endroit où se trouvait la mer de Champlain. Dans la région du Grand Montréal, on trouve plusieurs secteurs dont le sol est argileux. Il y a une relation importante entre le sol argileux et le mouvement des fondations.

Mouvement des fondations

Les fondations, en incluant les murs et la semelle, répartissent les charges du bâtiment sur le sol. Pour cette raison, les mouvements des fondations (murs et semelles) affectent la structure du bâtiment ainsi que les éléments de l’enveloppe et la finition intérieure. En cas de mouvement des fondations, il est donc important de vérifier et de régler le problème de stabilité des fondations, avant de procéder à la réparation de la structure et des composantes affectées par ce mouvement. En effet, si le mouvement continue, les dommages dans les éléments intérieurs et dans l’enveloppe s’aggraveront.

Voici une liste non exhaustive des causes probables de mouvement des fondations :

  • Drainage inadéquat des fondations – Un drainage non adéquat des fondations du bâtiment, comme l’absence d’un drain français, un drain non fonctionnel ou l’aménagement extérieur qui sollicite le drainage des fondations (pente négative, descentes de gouttière qui se déversent près des fondations, manque de gouttières, etc.). 
  • Faiblesse des murs de fondations – Des murs de fondations n’ayant pas la capacité pour résister à la force latérale du sol et/ou du gel. En général, les fondations en blocs de béton sont moins résistantes par rapport aux forces latérales que les murs de fondations en béton.
  • Semelles de fondations inadéquates – Des semelles trop petites qui n’ont pas la rigidité requise pour supporter les charges.
  • Profondeur hors gel des fondations insuffisante – Les fondations ne sont pas assez profondes et non isolées pour résister à l’action du gel et du dégel.
  • Faiblesse du béton et résistance du béton inappropriée – Le béton des fondations qui est faible et qui ne possède pas la résistance adéquate pour supporter les charges imposées. Dans les bâtiments des années 1930 et antérieures, on trouve souvent du béton ayant une capacité inférieure à 15 MPA.
  • Faible capacité portante du sol – Un sol très faible dont la capacité portante n’est pas adéquate et un sol non remanié.
  • Assèchement du sol argileux – La présence d’un sol argileux, sous le bâtiment, qui se gonfle et se contracte énormément en fonction de la quantité d’eau dans le sol.

Sols argileux 

Les sols argileux incluent les argiles et les limons. « Le mot argile désigne habituellement les sols contenant une quantité de particules d’argile suffisante pour leur conférer cohésion et plasticité » (Mécanique des sols, Vincent Robitaille et Denis Tremblay).

Les particules d’argile sont très fines et « quand le sol est sec, la cohésion entre les minéraux argileux est très forte : l’argile possède alors une résistance au cisaillement élevé et peut supporter de lourdes charges sans se déformer. Si cependant on augmente la teneur en eau, la cohésion diminue, de même que la résistance au cisaillement : l’argile devient alors plastique et malléable. Si la teneur en eau continue de s’accroître, l’argile devient très molle et, à la limite, elle peut s’écouler comme un liquide épais; dans un tel cas, la cohésion entre les minéraux argileux de même que la résistance au cisaillement sont pratiquement nulles » (Livre Mécanique des sols).

Donc, nous pouvons dire que le problème principal des sols argileux est la variation de volume du sol lors de changements de quantité d’eau dans le sol.

Signes d’affaissement d’un bâtiment 

Lorsqu’un immeuble est affecté par un problème d’affaissement important, on observe généralement les déficiences suivantes :

  1. Plusieurs fissures sur les murs de fondations;
  2. Cisaillements sur le parement extérieur;
  3. Fissures structurales dans les murs à l’intérieur du bâtiment ;
  4. Déformations dans les éléments structurels (poutres, solives, fermes de toit).

Solutions

En ce qui a trait aux travaux correctifs, il faut réaliser, sans s’y limiter, les travaux correctifs ci-après :

  1. Enfoncer des pieux afin de stabiliser les fondations.
  1. Réparer les fissures dans les murs de fondations en utilisant les plaques d’attache pour fixer les deux côtés du mur de fondations ensemble. Utiliser des matériaux flexibles, comme le polyuréthane. pour sceller ces fissures par l’extérieur jusqu’à la semelle.
  1. Réparer adéquatement les cisaillements dans le parement en brique, et ce, afin d’éviter une infiltration d’eau dans l’enveloppe et pour assurer l’intégrité de cette enveloppe.
  1. Remplacer les linteaux en pierre cassés ou endommagés au-dessus des ouvertures (portes et fenêtres).
  1. Vérifier et remplacer tous les éléments structuraux ou autres (poutres, colonnes portes, fenêtres, joints de scellement, etc.) qui sont déformés ou endommagés à cause de l’affaissement du bâtiment.
Affaissement de fondations

Affaissement de fondations