Un des problèmes courants, avec les bâtiments anciens, est la dénivellation du plancher en bois au rez-de-chaussée ou aux étages supérieurs. Parfois, on peut noter une différence de plusieurs pouces (ou cm) entre le point le plus haut et le point le plus bas.

Forts de nos années d’expérience dans les domaines du vice caché et de la structure, nous vous présentons des exemples de sources pouvant provoquer l’affaissement des planchers.

Vers mur porteur

Il arrive qu’un plancher s’affaisse en direction du centre d’un bâtiment, plus précisément vers le ou les murs porteurs.

Dans un bâtiment âgé, on retrouve une poutre principale au sous-sol ou dans le vide sanitaire. Cependant, certains bâtiments ont plutôt deux poutres principales. Les murs porteurs au rez-de-chaussée reposent sur cette poutre.

Fréquemment, la poutre principale en bois, au sous-sol, n’a pas la taille adéquate. Également, la poutre peut être fissurée, sectionnée, tordue ou pourrie. Les colonnes supportant la poutre principale peuvent être artisanales et les fondations (de ses colonnes) peuvent être en béton coulé de mauvaise qualité, en pierres, en bois ou en blocs de béton.

Lorsque les charges, reposant sur la poutre principale, sont relativement plus élevées que la résistance de la poutre (ou si la poutre est âgée, pourrie par l’humidité ou affaiblie par les insectes, comme les fourmis charpentières, etc.), alors celle-ci (poutre) perd une partie de sa capacité portante. Ceci provoque le fléchissement, le déplacement, la fissuration ou la torsion de la poutre sous la charge élevée.

Prenons l’exemple d’un bâtiment de deux étages avec sous-sol et un toit plat. Hypothèse, s’il y a un mur porteur au centre, donc les charges – descendant sur la poutre principale au sous-sol – comprennent le poids de la neige de la glace sur la toiture, la charge vivante et la charge morte des planchers du deuxième étage et du rez-de-chaussée. Ceci fait en sorte qu’une bonne partie des charges totales repose sur la poutre principale.

Absence d’alignement

Dans certains cas, on découvre que le mur porteur, au rez-de-chaussée, n’est pas aligné avec la poutre principale dans le vide sanitaire ou au sous-sol. Alors, le plancher s’affaisse le long du mur porteur. La raison en est que la charge ne descend pas directement sur la poutre, mais plutôt sur les solives du plancher connectées à la poutre. Soulignons que ces solives ne sont pas faites pour supporter les charges transférées par le mur porteur. Alors, les solives fléchissent et le plancher s’affaisse.

Affaissement murs de fondations

Il existe un autre type d’affaissement, soit en direction d’un ou de plusieurs murs de fondations (ou vers le mur mitoyen). Cette situation annonce un affaissement dans les murs de fondations ou le mur mitoyen.

L’affaissement peut être généralisé ou localisé à une seule pièce au coin, tout dépendant de l’ampleur et de l’endroit des affaissements dans les murs de fondations. Normalement, dans ce type d’affaissement, on aperçoit des fissures diagonales dans les murs extérieurs et intérieurs et un décalage dans les éléments de finition intérieure.

Ajout charge additionnelle

Discutons maintenant d’un troisième type d’affaissement, à savoir un affaissement localisé du plancher. Prenons l’exemple d’un plancher qui s’affaisse, dans la cuisine, après l’installation d’un îlot. Ainsi, ce dernier repose sur des solives qui ne sont pas conçues pour prendre des charges lourdes reposant au milieu de ces solives. D’autres exemples pouvant causer l’affaissement des planchers : l’installation d’une bibliothèque lourde, sur un plancher, sans renforcer les solives qui la supportent ou encore la pose d’une terrasse sur la toiture, sans prendre en considération le renforcement nécessaire pour les solives du toit.

Modifications structurales

Les modifications structurales aux éléments du bâtiment – sans analyse de charges et sans une vérification adéquate de chaque élément à enlever – peuvent causer des affaissements aux planchers. Ce peut être l’enlèvement d’un mur porteur sans renforcement ou sans renforcement adéquat ou encore le déplacement d’une colonne (supportant la poutre) ou le fait de sectionner, de façon artisanale, les solives ou la poutre, pour passer des câbles électriques ou des conduits de plomberie.

Finalement, dans plusieurs bâtiments anciens, nous avons dénoté un affaissement des planchers occasionné par la présence de murs en briques supportés par des éléments en bois. Par exemple, ce peut être un mur en briques qui repose, au rez-de-chaussée, sur une poutre en bois. Cette situation cause un affaissement important du plancher et peut entraîner l’effondrement de la poutre en bois ainsi que le mur en briques, car il ne faut pas supporter de la maçonnerie avec des éléments en bois.

Affaissement du plancher

Affaissement d’un plancher à cause d’une poutre artisanale dans le vide sanitaire