Membrane d’étanchéité de la dalle structurelle

Membrane

Au début des années 80, nous avons assisté à un phénomène d’ébullition dans la construction d’immeubles à condos au Québec. Malgré un ralentissement dans ce domaine, au cours des dernières années, il s’est tout de même construit beaucoup de projets de condominiums.

L’acquisition d’une unité dans un complexe de condominiums possédant un garage souterrain impose des obligations comme les réparations relatives à la membrane d’étanchéité de la dalle structurelle. Dans cette dernière, on peut retrouver des fissures de retrait ou bien d’autres types de fissures. Celles-ci peuvent parfois laisser l’eau pénétrer à travers la dalle.
Advenant le cas où l’eau contenant le sel de déglaçage (transporté par les voitures dans le stationnement) s’infiltrait à travers la dalle, elle attaquerait alors le béton et l’armature de la dalle structurelle. Il faut donc réparer les fissures, dans un premier temps et, par la suite, appliquer la membrane d’étanchéité.

Lire l'article

Les chantepleures dans le mur en briques

chantepleures

Par ignorance et croyant bien faire, certains propriétaires décident de calfeutrer les chantepleures pratiquées dans les murs de maçonnerie. Ils ne savent pas que la chantepleure est un joint de maçonnerie évidé (trou d’évacuation) qui ne contient pas de mortier, ceci afin de favoriser l’écoulement de l’eau qui s’infiltre derrière la maçonnerie.

Afin de comprendre le rôle des chantepleures dans un mur creux, il faut connaître les composantes de ce mur. Ainsi, ce dernier est composé d’un revêtement de maçonnerie et d’une structure en bois. Ce mur comporte deux membranes de protection contre la pénétration de la pluie, soit une protection extérieure et intérieure.

La protection extérieure comprend l’assemblage de maçonnerie (briques ou pierres et joints de mortier, solins et joints de scellement), alors que la protection intérieure est assurée par la membrane de revêtement intermédiaire.

Lire l'article

Qu’est-ce qu’un certificat d’état d’immeuble ?

Certificat d'état d'immeuble

La plupart des propriétaires d’un bâtiment ou d’un condominium comprennent l’importance de l’inspection préréception ; mais quand est-il de l’inspection d’état d’immeuble ? Même si ces deux types d’inspection peuvent se ressembler, il y a tout de même une différence majeure, à savoir que l’état d’immeuble concerne les bâtiments âgés.

Le fait de négliger l’entretien régulier des composantes d’un bâtiment engendre souvent des problèmes majeurs qui s’avèrent coûteux. Étant donné que les composantes des bâtiments ont une espérance de vie limitée, il faut alors remplacer ces éléments quand ils atteignent leur fin de vie utile. Des travaux d’entretien réguliers sont essentiels pour éviter la détérioration de ces composantes afin qu’elles puissent atteindre leur durée de vie utile prévue. Le rôle de l’ingénieur vise donc à déterminer quels sont les travaux d’entretien nécessaires. C’est une inspection visuelle qui reflète l’état actuel des composantes du bâtiment (unifamilial, condominium, commercial, industriel et institutionnel).

Lire l'article

Drainage des fondations

drainage des fondations

Le drain français (ou le drainage de fondations) désigne le tuyau de drainage installé à la base de la semelle des murs de fondations.
Nappe phréatique plus basse que les fondations – Le principe du drain français est d’évacuer l’eau souterraine quand la nappe phréatique normale (reste habituellement en dessous des semelles) monte et exerce une pression sous la dalle sur sol et autour des semelles des murs de fondations. Cette nappe phréatique monte et descend selon la saison et la quantité d’eau de pluie. En général, ce type de nappe est plus basse que la semelle, mais elle peut aussi monter pour une courte période.
Nappe phréatique plus haute que les fondations – La situation est différente si la nappe phréatique est peu profonde. Dans ce cas, l’installation d’un drain français ne suffit pas pour régler le problème d’étanchéité des fondations. Il faudra alors des fondations et des dalles hydrofuges.
Le drain français joue un rôle de soupape de sécurité pour évacuer la pression hydrostatique de l’eau sous le bâtiment.

Lire l'article

Inspection périodique obligatoire des façades et des stationnements étagés (loi 122)

Façades des bâtiments

Nous avons déjà abordé le thème de l’inspection des façades et des parcs de stationnement en vertu de la loi 122. Afin d’orienter les professionnels habilités à faire de telles inspections, la Régie du bâtiment (RBQ) a publié un guide explicatif des exigences d’entretien des façades où il est fait mention que l’ingénieur ou l’architecte a l’obligation d’informer la RBQ s’il découvre une condition dangereuse par rapport à un bâtiment inspecté.

Dans ce document, on explique qu’il existe deux types d’inspection, soit l’inspection générale et l’inspection détaillée. L’inspection générale est de nature visuelle, alors que l’inspection détaillée est un « examen rapproché qui nécessite des équipements tels qu’une nacelle ou tout autre système d’équipement suspendu. Le but est de permettre au professionnel responsable de l’inspection d’avoir un contact direct avec les éléments de la façade (…) des percées exploratoires doivent être pratiquées sur chaque façade, même si elle ne présente pas de signes de faiblesse apparents ».

Lire l'article

Enlèvement d’un mur porteur

Enlèvement d’un mur porteur

Afin d’éviter un effondrement ou un affaissement de la structure, la consultation d’un ingénieur est obligatoire lors de modifications architecturales comme l’enlèvement de murs porteurs. Il faut donc remplacer ces derniers par un système structurel qui doit transférer les charges accumulées en descendant de la toiture vers les poutres principales qui sont au sous-sol ou dans le vide sanitaire. Ce nouveau système structurel est composé de colonnes et de poutres selon les spécifications d’un ingénieur en structure.
Anciennes maisons – Les anciennes maisons comportent deux murs porteurs formant les corridors au milieu du bâtiment ou de l’appartement. Ces deux murs porteurs participent ensemble à transférer les charges imposées vers les poutres principales, telles que les charges de neige, les charges du poids des matériaux (charge morte) et la charge vive (personnes, immeubles, etc.).
Une vérification de l’état des composantes de la structure qui ne font pas l’objet d’un remplacement (poutres principales, colonnes, semelles, solives des planchers) est indispensable pour s’assurer que la structure ne comporte aucune déficience pouvant affecter l’intégrité structurale du bâtiment.

Lire l'article

Les divers types d’inspection du bâtiment

Inspection du bâtiment

L’examen d’un bâtiment se divise en deux catégories principales : l’inspection visuelle et l’expertise. L’inspection est un examen visuel non exhaustif de l’état des composantes et des systèmes du bâtiment qui sont facilement accessibles et visibles au moment de l’inspection. Elle comprend l’inspection préachat, l’inspection d’état d’immeuble (certificat d’état d’immeuble) et l’inspection préréception.
En revanche, l’expertise est une inspection approfondie exhaustive servant à déterminer la cause d’une déficience précise affectant un bâtiment, ceci dans le but de trouver une solution au problème.

Ainsi, une expertise du bâtiment est nécessaire en cas de problème particulier comme une infiltration d’eau, des vices cachés, des moisissures, un problème avec la toiture, le drain français, les fondations, le revêtement extérieur, la structure, l’isolation, etc.

Lire l'article